Slider

En matière d'isolation on distingue deux types d'isolants les isolants phoniques et thermiques. Le coefficient de résistance thermique dépend de l'épaisseur et de la conductivité ou plutôt de l'isolant utilisé. Afin d'éviter les déperditions énergétiques  et faire des économies d'énergie isolation des murs  par l'intérieur ou l'extérieur. On utilise différents types d'isolants : ouate de cellulose, laines minérales, polystyrène expansé. La résistance thermique d'un matériaux déterminera l'isolation thermique des matériaux utilisés, généralement on utilisera également un pare-vapeur afin d'éviter que ne se forme de la condensation du fait de la différence de température des matériaux.

Tout comprendre sur le coefficient de résistance thermique

Lorsque l’on parle travaux d’isolation, on parle aussi très souvent du coefficient de résistance thermique “R”. Vous savez, cette lettre accompagnée d’un chiffre qui figure sur toutes les caractéristiques techniques des matériaux isolants, et sur les devis que vous faites faire.

Mais à quoi sert ce fameux coefficient de résistance thermique ? que dit-il sur le pouvoir isolant des matériaux ?

Décryptage.

Qu’est-ce que le coefficient de résistance thermique

Le coefficient de résistance thermique permet de connaître la capacité d’un matériau à résister aux variations de température, tant au froid qu’à la chaleur.

Il est symbolisé par la lettre “R” et est exprimé en m2. k/W (Kelvin par Watt). Plus le R est élevé, plus le matériau est isolant, moins il faudra d’épaisseur pour atteindre de bonnes performances.

Les normes pour le coefficient de résistance thermique varient en fonction de la zone du logement qui doit être isolée (plancher bas, murs extérieurs, combles et toiture, parois vitrées).

Zone à isoler Coefficient thermique de référence (R)
Toiture / Combles perdus 4,5 à 8 m2. k/W
Murs extérieurs 2,5 à 4 m2. k/W
Planchers bas sur local non chauffé 3,5 à 6 m2. k/W
Plancher bas sur terre plein ou vide sanitaire 1,5 à 3 m2. k/W

 

Le coefficient R est important notamment au regard de la réglementation thermique ou pour accéder à certaines aides (crédit d’impôt)  pour la rénovation énergétique du logement.

Comment est calculé la résistance thermique des matériaux d’isolation ?

La résistance thermique des matériaux isolants est calculée à partir de l’épaisseur de l’isolant, et d’un autre paramètre technique : le coefficient lambda (exprimé en Watt par mètre Kelvin soir W/M.K).

Le R est donc égal à l’épaisseur divisée par le lambda : R= épaisseur/lambda

Chaque matériau isolant a son propre coefficient lambda et des propriétés différentes en fonction qu’il s’agit d’une laine minérale (laine de verre, laine de roche) ou d’une laine naturelle (laine en fibre de bois, laine de chanvre, laine de mouton,…)

Comment choisir un isolant avec le meilleur coefficient de résistance thermique ?

Le point de départ pour bien choisir est de savoir quel coefficient R vous souhaitez atteindre à l’issue de vos travaux.

Ensuite vous pourrez choisir un isolant en fonction de la paroi à isoler (toiture ou combles, murs intérieurs/extérieurs, plancher bas), en veillant à ce que ses propriétés soient adaptées en terme d’étanchéité à l’air, et de vos critères : isolation phonique renforcée, matériau d’origine naturelle, etc.

La mise en oeuvre est également très importante pour éviter les ponts thermiques. Isolation par soufflage, en rouleaux ou en panneaux, il y a une solution pour chaque type de paroi à isoler afin de garantir les meilleurs performances thermique et le meilleur confort.

Les professionnels de l’isolation comme ceux de SO EKO sont là pour vous accompagner et vous apporter des conseils sur-mesure pour l’isolation des combles et des planchers bas (cave, garage, sous-sol) de votre habitation, n’hésitez pas à prendre contact avec l’une de nos agences en Normandie ou Bretagne.